Scroll Top

Waahli – La générosité d’un artiste engagé

WAAHLI_BrunoDestombes_DSC01894-Modifier_WEB

Si ce visage sympathique au regard profond vous dit quelque chose, eh bien, vous l’avez assurément vu au Festival de Jazz de Montréal, lors d’une prestation à l’émission Belle et Bum de Télé-Québec ou encore visionné un de ses clips sur TV5. Qui connaît bien le Hip-Hop du Québec sait déjà que l’artiste Waahli AKA Wyzah a sorti son tout dernier album intitulé Soap Box en septembre dernier. Cet album est un hommage à ses précieuses racines haïtiennes transmises par ses parents venus d’Haïti pour s’installer à Montréal. Si le mois de janvier venait qu’à faire de l’ombre à votre moral, je vous offre cette puissante prescription teintée de notes créoles et latines, un groovy qui donne envie de se déhancher et le soul qui vous permettra de vous évader. Ses paroles vous accrocheront, car l’un des objectifs du Hip-Hop est justement d’utiliser le rythme musical pour véhiculer ses messages.

 

Crédit photo : Bruno Destombes

Les paroles de ses chansons ont pris naissance durant la pandémie. Une période où les questionnements personnels et professionnels se sont bousculés. Une introspection et des constatations empreintes de sensibilité qui le mènent à accueillir ce qui se présente à lui et à apprendre à vivre pour soi-même ; pour un homme de gang, ce n’est pas une mince affaire, mais il accepte le défi. La sortie de son album devient sa motivation et son but. À distance, il entreprend des collaborations avec d’autres artistes avec lesquels il aimerait joindre sa voix. Celui qui est toujours un membre du mythique groupe de Hip-Hop montréalais, Nomadic Massive, me confie humblement que son album solo a nécessité beaucoup plus de travail qu’un album de groupe. Toutefois, il affirme qu’il a appris beaucoup et que cela ajoute une forte richesse à son travail. Cette opportunité lui a permis de créer son album à son rythme et de découvrir certains aspects de styles de musique qui le touchent et qui l’inspirent. La création solo est plus intuitive et il adore ce rythme. N’empêche qu’il n’hésite pas à partager le fait que son travail au sein du groupe est une richesse multipliée par l’apport de tous les membres qui le composent. Travailler avec plusieurs artistes permet de développer sa propre personnalité, il est nécessaire de négocier et de s’entendre, la communication est au cœur de la création. Pas question de délaisser sa bande !

Bien qu’auparavant il ressentait une certaine difficulté à se mettre à nu et à laisser poindre sa vulnérabilité, il se dit maintenant prêt à partager davantage, il trouve qu’il y a une beauté qui émane de la fragilité et que celle-ci est inspirante. De ce fait, il souhaite participer à des conversations et des concertations qui abordent l’accessibilité des arts en tant qu’artiste. Avec l’inflation qui sévit, les coûts exorbitants rattachés à une tournée, les années à venir seront difficiles pour les artistes. Aujourd’hui, plus que jamais, il serait noble d’accorder à l’art toute l’attention méritée afin que son avenir à long terme soit lumineux. Que les artistes puissent réussir à vivre de leur art. Que les Québécois puissent continuer à savourer la richesse artistique d’ici.

Crédit photo : Bruno Destombes

Waahli est un humain curieux et observateur. Son angle d’expression musicale est artistiquement coloré des enjeux sociaux qu’il ne craint pas de déterrer pour les mettre en lumière. Son parcours est riche en expériences variées, il n’hésite pas à le partager auprès des jeunes, et ce, en leur offrant des ateliers d’écriture en milieux scolaires. Ces ateliers, il les offre pour les outiller afin qu’ils puissent voler de leurs propres ailes. En 2019, celui qui connait bien les jeunes offre sa chanson intitulée Fly life à la comédie dramatique Jeune Juliette qui porte sur la prise de position concernant l’intimidation. À la suite de cette collaboration, il reçoit un appel de la réalisatrice québécoise Anaïs Barbeau-Lavalette afin qu’il collabore à la création de la musique du film Chien Blanc. Le thème du racisme étant au cœur de ce film, il se sent interpellé et accepte avec gratitude ce nouveau projet. À travers sa musique, la route mène toujours à donner un sens à ses valeurs propres et ses implications artistiques.

Pour terminer, que pouvons-nous souhaiter à cet artiste avide d’humanité et de sincérité ? Spontanément, il me confie qu’il désire bouger davantage, prendre du temps avec sa fille, il veut être présent pour ceux qui l’entourent dans les hauts comme dans les bas, continuer de créer et de collaborer avec les autres. Waahli, que cette nouvelle année soit à la hauteur de tes aspirations personnelles et professionnelles.

De notre côté, nous nous souhaitons d’entendre ton nouvel album Soap Box à tue-tête et que son rythme nous fasse vibrer. Et pourquoi pas se procurer des billets pour sa prestation qui se tiendra le 19 janvier prochain au Le Studio TD situé au 305, rue Sainte-Catherine Ouest à Montréal ?

Co-produit par Boogát
Photo de @elcotola

Photo de @16pads
Avec @nubiangypsy

 

P.S. : Waahli est aussi un entrepreneur et un créateur aguerri, si vous désirez offrir des cadeaux 100% naturels et confectionnés ici à Montréal, nous vous donnons rendez-vous sur sa boutique de savons Wyzah Musk.

Ou encore, offrez-vous un t-shirt dont il a réalisé le graphisme ici : Merch | Waahli

 

Crédit couverture : Bruno Destombes

À propos de l'auteur

Publications similaires

Laisser un commentaire