Une maison qui coule pour dénoncer le réchauffement climatique

sinking-house-2

À l’approche du rassemblement pour la COP26 à Glasglow, un projet artistique temporaire a été installé dans la rivière qui longe Bath, une ville du sud de l’Angleterre. Elle est le fruit de la collaboration du cabinet d’architectes Stride Treglown, des ingénieurs de chez Format Engineers et de la sculptrice Anna Gillespie. Ils ont rassemblé leurs talents pour diffuser un message de sensibilisation écologique et d’espoir.

La rivière Avon entoure la quasi-totalité du centre-ville de Bath, à environ 130 kilomètres d’Oxford dans le sud de l’Angleterre. Fin octobre, les passants ont été étonnés de voir une structure rouge semblant couler dans le cours d’eau au niveau du pont Pulteney.

Cette dernière n’est autre qu’un projet artistique temporaire baptisé « Sinking House », fruit de la collaboration du cabinet d’architecture Stride Treglown, des ingénieurs de Format Engineers et de la sculptrice locale Anna Gillespie. L’œuvre représente un humain sur la cheminée d’une petite maisonnette rouge essayant de la garder à flot. Pour ce faire, l’homme s’agrippe à une banderole présentant l’inscription « COP26 ».

Quelques jours après, à Glasgow en Écosse, se déroulait la conférence des Nations Unies sur les changements climatiques, autrement appelée COP26. Cette réunion internationale avait pour objectif de mettre à jour les engagements pris par pas moins de 195 pays, dans le cadre de l’accord de Paris en 2015.

Certains parlent de cette conférence comme la COP de la dernière chance. C’est aussi ce que pensent les artistes du cabinet Stride Treglown, Anna Gillespie et les ingénieurs de Format Engineers. L’objectif de cette installation est de sensibiliser les piétons face  aux changements climatiques. Comme ils le disent eux-mêmes sur leur site internet : « Sinking House est un message d’avertissement et d’espoir aux dirigeants réunis à la COP26 et aux communautés du monde entier afin de résoudre les problèmes, atteindre des bouées de sauvetage et agir maintenant contre la menace croissante du réchauffement climatique. » Sur leur site, une rubrique est dédiée à ce projet. Stride Treglown explique à quel point le rôle de chacun est important pour enclencher la marche du changement.

Avec l’intitulé «  Sinking House » ou « Maison qui coule » en français, on ne peut s’empêcher de penser au discours « Notre maison est en feu », prononcé par Greta Thunberg au Forum Économique Mondial de 2019. Cette métaphore est utilisée de nouveau en 2020 lors de son invitation à la Commission européenne. La militante écologique suédoise avait employé des phrases chocs pour interpeller, une nouvelle fois, sur l’urgence climatique. Parmi elles : « Quand votre maison brûle, vous n’attendez pas quelques années pour commencer à éteindre l’incendie. Et pourtant, c’est ce que la Commission européenne propose. »

Cette année, l’Europe a connu de fortes inondations. Bon nombre de foyers se sont retrouvés en difficulté et des photos chocs d’individus bloqués sur le toit de leur maison ont circulé à travers le monde. Dezeen Rob Delius, responsable du développement durable chez Stride Treglown, explique avoir également été influencé par ces tragédies. Cette fois-ci, la maison ne brûle pas mais elle coule. Elle sombre dans la catastrophe, tout comme notre planète.

On dit souvent qu’une image vaut plus que mille mots. En utilisant celle de la maison en grand danger, les artistes et ingénieurs ont frappé fort. Ils dénoncent l’urgence climatique à travers la planète, face aux effets dévastateurs de la hausse des températures due aux émissions de gaz à effet de serre générés par l’activité humaine. Ils donnent aussi de l’espoir en montrant que rien n’est encore définitif et que nous pouvons encore agir.

Publications similaires

Laisser un commentaire

%d bloggers like this: