Portrait d’artisan.e | Une agréable escapade des sens avec Mélanie Menault

3

Confinement, déconfinement, reconfinement… Ça ne finit plus ! Même le mercure a décidé d’aller en vacances en nous laissant dans un froid qui n’est pas là pour s’amuser. Une chance que les bougies et autres nous permettent de rester bien au chaud et d’apprécier les éternelles heures dans nos demeures ! D’ailleurs, c’est cette période teintée de pincées d’incertitudes qui a engendré la naissance de la marque dont nous allons vous parler plus bas.

À la découverte de l’instigatrice des bougies « Au voyage des sens »

Comme beaucoup vous le diront, la Covid-19 a fait jaillir son lot de troubles mais sur un plan positif, sa vague d’idées voire de passions refoulées également. Plusieurs personnes se sont « réinventées » ! Et c’est le cas de notre globetrotter française, Mélanie. Celle qui a passé près d’une décennie à parcourir le monde avant de déposer ses valises sur le sol montréalais a, lors de la première frayeur, ressenti l’appel du réconfort et de la créativité. Quand on sait qu’elle travaille dans la restauration et ce, à temps plein, on ne peut que la comprendre. Aimant les bougies pour les moments doux qu’elles procurent et étant soucieuse de l’environnement, la création à base de cire naturelle fut la meilleure réponse à cet appel.

Mélanie Menault a donc lancé Au Voyage Des Sens qui est une entreprise qui offre des chandelles faites le plus naturellement possible même si une difficulté persiste avec les senteurs, notamment avec les huiles essentielles. « Mes chandelles sont un éveil des sens, avec différentes senteurs et de la décoration aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur, autour des pots », affirme-t-elle. Elle puise son inspiration dans la nature, au gré des saisons et dans ses voyages et souvenirs. De sa cuisine, elle teste, crée, jongle avec la température et sa connaissance des matières premières telles que la cire de soya qui est « très importante car cela peut changer du tout au tout la qualité et le rendu final ». Mélanie a fait le choix de cette cire pour son côté écologique – comparativement aux types de cire (animale, minérale) – et pour ses effets sur la santé. En effet, la cire de soya « se consume plus proprement, sans libérer de suie de pétrole et ou de carbone » et le soja « est une ressource biodégradable et renouvelable ». Pratico-pratiquement, elle a également choisi de travailler cette matière car elle « permet d’obtenir un très bon rendu olfactif et une durée plus lente de combustion ».

 

Parlons fragrance !

Mélanie prend plaisir à chaque senteur, à chaque création.

La fragrance préférée de la cirière est, sans surprise, dépendante de la saison. Durant les périodes printanière et estivale, Mélanie préfère créer Orange/Cantaloup tandis qu’en automne/hiver, elle apprécie la Boréale pour cette escapade dans les bois qu’elle lui procure. Toutefois, elle chouchoute également Café qui lui rappelle l’or brun qu’elle aime tant boire.

Si elle a un conseil justement à prodiguer pour bien choisir la bonne fragrance pour soi, c’est d’invoquer tout simplement les souvenirs ou de se remémorer une odeur, source de réconfort et d’apaisement. Et pour les gens qui nous entourent, la simplicité et la douceur sont de rigueur et c’est là qu’entrent en jeu la Boréale, l’eucalyptus, la vanille et bien d’autres encore.

La tête de Mélanie bouillonne d’idées, d’éventuelles collaborations et de projets. Avec cette pandémie qui ne nous lâche plus, c’est donc l’occasion d’aller (re)faire le plein de bougies – surtout avec la Saint Valentin qui approche – sur sa boutique Etsy et dans la boutique-marché (sept jours) Toi Moi et Café, à Sept-Îles.

Publications similaires

Laisser un commentaire

%d bloggers like this: