The Power of My Hands – Afrique(s) : artistes femmes, l’art pour s’émanciper

cover article blog r mag (1)

L’exposition The Power of My Hands – Afrique(s) : artistes femmes se déroule au Musée d’Art Moderne de Paris, dans le cadre de la Saison Africa2020, une initiative dédiée aux 54 États du continent africain.

Cette manifestation propose de (re)découvrir seize artistes femmes africaines qui, tout en puisant des matériaux dans leur environnement quotidien et dans leur intimité, abordent les thèmes de la mémoire, de la spiritualité, de la condition féminine ou encore de la sexualité à travers une grande diversité de techniques et de supports : peinture, performances, photographies, vidéos, céramiques

 

Les artistes présentent  leurs réflexions à travers un travail des matières assez remarquable. Beaucoup d’entre elles détournent en effet l’usage des matériaux qu’elles valorisent afin d’alimenter leur propos.

Image1.jpg
O Fardo, Ana Silva, 2020

 

Dans cette série, l’artiste angolaise brode des moments de la vie quotidienne sur des tissus de récupération, mettant ainsi en lumière le phénomène croissant de surconsommation de vêtements et leurs conditions de production …

Image2.jpg
The Power of My Hands, 2015, Keyezua

 

Cette œuvre qui donne son titre à l’exposition est réalisée à partir de tresses de cheveux synthétiques. Dans ses travaux, Keyezua s’interroge notamment sur les rapports entre coiffure et identité.

 

La relation  à la spiritualité est également très important dans ce corpus d’œuvres. L’artiste Portia Zvavahera est notamment connue pour puiser son inspiration dans ses rêves qui sont pour elle des lieux de spiritualité intense. Ainsi, son huile sur toile Arise spirit within est une retranscription d’un de ses rêves.

Image3.jpg
Arise spirit within, 2019, Portia Zvavahera

 

Les œuvres présentées dans le cadre de cette exposition conduisent bien sûr également à des réflexions sociales sur la place de la femme (noire) dans la société. Un espace d’affichage soumet le spectateur aux pensées, aux témoignages et aux réflexions des artistes exposées . L’artiste photographe sud-africaine Lebohang Kganye témoigne notamment : « Petite fille, je m’identifiais à des personnages comme Blanche-Neige. A l’école primaire, nos spectacles de fin d’année portaient sur les contes, et je déclarais : « Je suis Blanche-Neige, c’est elle que je veux être ». L’écart s’est creusé entre ma peau noire, l’endroit où je vivais et le monde féerique auquel je croyais. L’insaisissable Blanche-Neige a donné naissance à une Noire-Neige ».

À travers leur art, ces artistes – des femmes africaines – prennent la parole et sortent enfin de l’ombre dans laquelle la société les a trop souvent enfermées. La pratique artistique leur permet de s’exprimer à propos de leurs conditions de vie, de leur sexualité, de leur histoire et de leur spiritualité : c’est au moyen de leur art qu’elles réussissent à s’émanciper.

The Power of My Hands – Afrique(s) : artistes femmes est donc une exposition enrichissante, qui donne à voir des œuvres et découvrir des artistes malheureusement peu connues du grand public en France. Petit bémol pour les cartels qui, comme très souvent, sont assez peu lisibles : n’oubliez donc pas vos lunettes !

Si vous souhaitez en savoir plus et découvrir ces artistes et leur travail, rien de plus simple : rendez-vous pour une petite visite au Musée d’Art Moderne de Paris. Mais attention : vous n’avez que jusqu’au 22 août !

 

Pour écrire cet article :

 

À propos de la Saison Africa2020 :

 

Crédits photos : Julia Beaurain

Publications similaires

Laisser un commentaire

%d bloggers like this: