Quick interview avec l’Artiste visuel Kh Bamba

cover article blog r mag

Depuis peu, nous avons lancé nos quick interviews en arts visuels et le premier artiste à avoir pris notre micro virtuel et imaginaire fut Baye Ndiaga. Il a eu la responsabilité, par la suite, de lancer ledit micro à un de ses confrères et voici donc notre deuxième entrevue avec ce jeune artiste de Guédiawaye, dans la banlieue dakaroise.

Khadim Gueye dit Kh Bamba qui frôle la trentaine est, tout comme Baye, d’origine sénégalaise. Major de sa promo en 2017 à l’École Nationale des Arts de Dakar (ENA) en graphisme et communication visuelle, il a plusieurs cordes à son arc : peintre textile, photographe, designer mais aussi manager de Jeunes Artistes d’Avenir Sénégal (JAA), une association artistique et entrepreneur/fondateur de Mix-Tissage, une marque d’accessoires.

C’est dire qu’il n’a jamais le temps de s’ennuyer !

1/ Que faites-vous, artistiquement parlant ?

Je fais de la peinture en utilisant plusieurs matériaux comme la peinture acrylique, le textile, le fil et bien d’autres encore. Toutefois, je suis aussi dans la pratique actuelle de la photographie et de l’installation.

THE HOLY CHILD.jpg
THE HOLY CHILD

2/ Que traitez-vous principalement dans votre travail ?

L’humanité, l’homme par rapport à son semblable.

3/ Quels thèmes explorez-vous?

Divers thèmes tels que le brassage culturel, le racisme, la fraternité, l’injustice, la paix, l’amour, l’identité, etc.

SERIE FRATERNITE2.jpgSERIE FRATERNITE.jpg

SERIE FRATERNITE

 

4/ À quel moment avez-vous été à votre X dans votre carrière ?

Lors de ma participation à une exposition off au Festival Segou’Art en 2019, au Mali avec l’association JAA où j’ai pu découvrir mon écriture ainsi que ma démarche artistique.

5/ Si vous deviez nous dire votre œuvre d’art favorite et pourquoi?

Je dirais que c’est Cri de guerre qui est mon tout premier tableau avec la démarche que j’adopte sur le brassage culturel. C’est un travail qui exprime, à la fois, la joie l’union et la force d’être ensemble ; mais, c’est également un hommage à ma communauté Baye Fall : « Wa Chicory ».

CRI DE GUERRE.jpg
CRI DE GUERRE

6/ À quoi ressemble votre lieu de travail – votre atelier?

C’est un espace de 7,5 mètres carrés avec une perspective d’agrandissement. Il est aménagé chez moi, sur la terrasse.

ATELIER.JPG
ATELIER

7/ Comment votre pratique a-t-elle évoluée au fil du temps ?

Grâce à des recherches, des lectures, des documentaires, des rencontres avec beaucoup de personnes et surtout des tests récurrents de matériaux qui me semblent intéressants pour expérimentation mais aussi en suivant les orientations des artistes tant aînés.e que jeunes. J’essaie toujours d’apporter du nouveau dans mon travail.

PROFIL 2.jpg

PROFIL 1 .jpg

PROFIL

8/ Temps libres équivalent à … ?

Aller à la plage, écouter de la musique, lire, visionner des vidéos, échanger avec des amis, la famille ou les voisins, etc.

9/ Bouffe, boisson et chanson qui vous inspirent ?

Ouf ! Quel choix cornélien ! (Rires). Mon inspiration va se situer entre le Thiéboudiène (riz rouge au poisson), le Mafé (riz blanc avec sauce à base de pâte d’arachide et de viande) et le Mbaxalou Saloum (plat à base de riz et de pâte d’arachides) pour la bouffe et le café touba et le jus de coco pour les boissons. Quant à la musique, j’irais avec du rap, du world music, de la salsa et du zikroulah (musique religieuse Baye Fall).

BLESSING .jpg
BLESSING

10/ Votre « Happy Place » ?

Mon atelier ! C’est l’endroit que je préfère dans notre maison et c’est le lieu de connexion avec moi-même et avec plein d’autres choses.

11/ Quel est votre projet de rêve ?

Pouvoir créer une structure pouvant rassembler beaucoup d’artistes de partout et intervenir dans le social pour aider et servir les gens démunis dans le continent africain.

DE-COLONISATION.jpg
DE-COLONISATION

12/ Nommez vos 3 artistes préférés.

Papa Ibra Tall, plasticien sénégalais qui est mon oncle, son homologue du Mali, Abdoulaye Konaté et Omar Victor Diop, un photographe sénégalais.

13/ Quel est votre objectif professionnel ?

Agrandir mon atelier, travailler beaucoup plus, montrer mes réalisations dans les plus grandes rencontres artistiques du monde et faire le tour du monde, si possible.

FORT IMPUISSANT.jpg
FORT IMPUISSANT

 

Publications similaires

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :