Scroll Top

Printemps des poète.sse.s 2022 quand est-ce qu’on renomme vraiment l’évènement ? Rim Battal « Tu préfères la poésie ou un million d’euros ? »

IMAG0054

C’est toujours le printemps puisque Rim Battal nous offre la chance de parler d’elle ! Poétesse sans posture, qui participe pourtant à de nombreux évènements, a publié plusieurs recueils. Elle revivifie, réconforte et repeint le monde sans faire semblant.

 

Poème de Rim Battal, extrait de Transport commun paru chez Lanskine (2019), que l’on peut aussi lire dans l’anthologie Mine de rien qui vient de paraître chez le Castor astral (2022)

Rim dit que « comme tout le monde, elle a commencé à écrire à quatre ans ».

Rim dit aussi qu’« elle a été journaliste, photographe et qu’aujourd’hui, elle est autrice à plein temps ».

Rim dit enfin qu’« elle a été influencée par Oum Kalthoum, Omar Khayyam, Ahmed Chaouiki, Mahmoud Darwich, Audre Lorde, Michèle Lalonde, Toni Morrison, George Bataille, Apolonia Sokol, Sarah Maison, Nina Hagen et cætera… »

Vous l’aurez compris, Rim dit beaucoup ! Même avec peu de mots. Le poème Transport en commun qu’elle a choisi pour démarrer cette entrevue illustre bien cette réalité poétique.

 

 

 

 

 

 

« Chanter sous la douche » : de la contrainte aux vers libres

Poétesse, performeuse, créatrice d’installations, Rim Battal a exposé au Musée d’art contemporain de Rabat, écrit des livres pour être lue, pour être entendue.  

Elle propose sa voix via les réseaux sociaux notamment sur Instagram (@rimbattal).

Mais attention, pas comme on lui a enseigné ! Rim à « sa façon » d’être poétesse : émancipée de l’injonction à la discrétion !

 

« Pour les curieux »

Rim Battal sort la poésie de l’obscurité et la fait rayonner comme un « art populaire, une forme qui peut porter notre sociabilité, une littérature pour échapper à la langue de bois et aux discours formatés que nous propose la politique, les institutions, l’entreprise et la publicité. »

Rim écrit majoritairement sur son téléphone, « écoute » et se « laisse traverser », puis elle retravaille « dans son lit », imprime et lit au Bordel de la poésie

Elle reste libre, mais aime éprouver ses textes face au public. 

Elle aime l’expérimentation des textes dans les revues.

Elle aime l’événement majeur que constitue le Printemps des poète.esse.s. 

Elle aime sa thématique qui rejoint son travail sur le corps des femmes « grossesses, vieillesse, enfantement, maquillage, hygiène… ». 

Pour cette année, voici son programme complet : 

  • 12 mars : Lecture au Palais de Tokyo (16 h – 21 h).  
  • Du 13 au 19 mars : Résidence de création au Maroc (ateliers, performances avec l’Institut français du Maroc). 
  • 23 mars : Lecture à TRAM librairie pour l’anthologie annuelle du Castor astral avec Lola Levent et Lulla Clowski. 
  • 24 mars : Lecture à Angers aux côtés — entre autres — de Marc-Alexandre Oho-Bambe.
  • 25 mars : Lecture au Pen Club à Paris aux côtés de Linda Maria Baros et Victor Malzac.
  • 26 mars : Bordel de la Poésie au théâtre des Déchargeurs.

 

Autant de belles occasions d’aller découvrir ou redécouvrir Rim Battal  « ce qu’elle est, ce qu’elle vit, ce qu’elle transforme et organise en poésie ». 

À propos de l'auteur

Publications similaires

Laisser un commentaire