Petite Édition : entre l’histoire, la littérature et le vêtement

320407243_832360414539980_6709777898778172016_n

Troisième article de la série sur les artistes et artisan.e.s autistes rencontré.e.s en août dernier au salon organisé par Aspis-Rencontres. La littérature qui rejoint la mode, nous donne Petite Édition d’Amélie Grenon.

 

J’ai rencontré Amélie Grenon au salon des artistes, artisans et entrepreneurs autistes, organisé par Aspis-Rencontres en août dernier. Amélie termine sa maîtrise en histoire avec une thèse qui porte sur l’histoire du vêtement ancien. En plus d’être étudiante, elle est créatrice de patrons de couture.

Lorsqu’elle a commencé à coudre il y a quelques années, elle trouvait qu’il était quelquefois difficile d’adapter les patrons ou même d’en comprendre les instructions de montage. Elle a donc fait des recherches et c’est en consultant des livres de couture qu’elle a commencé à modifier les patrons existants et à créer les siens. Amélie trouve important de faire la promotion de la diversité corporelle. Elle a alors eu l’idée de confectionner ses propres patrons qui doivent à la fois être faciles à lire et à adapter à la morphologie de chacun.e. Elle aime beaucoup les dessiner et faire des livrets d’instructions faciles à suivre et à modifier, sans photos, uniquement par ses dessins.

À l’époque où elle débutait sa maîtrise en histoire, Amélie a commencé à s’intéresser plus particulièrement à l’histoire des vêtements anciens. Avide de lecture, elle aime lire surtout les classiques, la fantasy et les contes de fées. Lorsque vous lisez ce type de romans, il est facile de se représenter les costumes même si l’on ne voit certainement pas la même image, précise-t-elle. La particularité de ses créations est qu’elle puise ses idées dans l’univers des romans qu’elle a lus.

Sa première collection influencée par les périodes édouardiennes et victoriennes fût inspirée de Anne, la maison aux pignons verts. Elle nous offre d’ailleurs la possibilité de télécharger gratuitement deux de ses patrons en français ou en anglais et de la soutenir par un don.

Elle travaille présentement sur une collection conçue à partir des romans de Jane Austin, soit la mode régence. Elle aimerait que vous soyez immergé.e dans un roman ou dans un film lorsque vous regardez ses collections. Cette mode a refait surface lors de la diffusion de la série Bridgerton. Elle applaudit d’ailleurs les créateurs de Bridgerton qui ont influencé le monde de la mode car elle nous souligne que c’est généralement le contraire qui se produit.

À la fin de ses études, elle aimerait ouvrir sa propre boutique en ligne et devenir conseillère en création de vêtements anciens. Elle nous apprend d’ailleurs que l’industrie du jeu vidéo fait appel quelquefois à des historiens afin de faire preuve de plus de véracité dans la conception de leurs produits.

La diversité corporelle et la neuro-diversité sont deux aspects très importants pour Amélie. Ayant elle-même un diagnostic d’autisme, elle ne connaît que très peu de personnes qui sont ouvertement neuro-divergentes dans le domaine de la mode.

Pendant l’entrevue, son chat aimait bien à la fois se faire voir et se faire entendre, Amélie nous confie qu’il adore jouer dans ses tissus. Je crois qu’il n’est pas le seul dans cette maison. On lui souhaite bonne chance dans tous ses projets et ce sera avec joie qu’on suivra leur évolution.

Publications similaires

Laisser un commentaire

%d bloggers like this: