Loading Posts...
Après avoir vécu en France, Emmanuelle Soundjata s’en va vivre en Martinique où elle demeure depuis près de deux ans maintenant. Dans ses valises, elle y transporte un savoir-faire en matière de stylisme estimant que nous sommes gardiens de notre Histoire.

Elle est spécialiste en Maré tèt et Body wrap qui correspondent tous les deux aux techniques de nouages sans apport d’aucunes autres attaches. C’est l’ART DE NOUER, tout simplement. Son style se nomme PAPAYAA. C’est un style Caribéen ; en d’autres termes, haut en couleur … tantôt sobre, tantôt extravagant, très ludique et quelque fois même féerique mais toujours dans l’élégance, le raffinement. Son Leitmotiv est de nous sortir de nos habitudes conventionnelles et sa clientèle éclectique, jeune ou moins jeune, classique et fashion victime – en gros, toute personne qui a envie de changer de style – en raffole.

Emmanuelle a su développer son talent accidentellement à l’adolescence, suite à une mésaventure avec le défrisage. N’ayant pas eu d’autres choix ce jour-là, elle a dû s’attacher la tête. Et c’est de là que l’aventure a commencé ! Elle s’est découvert un talent fort plaisant sans même imaginer que ce dernier aurait un tel impact sur son entourage. A partir de là est né l’intérêt pour l’histoire du Maré tèt aux Antilles et singulièrement en Martinique !

En vraie autodidacte, elle a appris tous les fondements en matière de stylisme et a pu se rendre compte de sa bonne dextérité.

« En toute modestie, je n’ai pas appris ; c’était déjà en moi, simplement et comme toute belle découverte, c’est arrivé de manière fortuite. »

Ayant travaillé dans une boutique-galerie à Paris, à Chatelet les Halles et à titre d’égérie, grâce à son style, Emmanuelle s’est fait interpelée à plusieurs reprises par des gens dans la rue qui souhaitaient être modèles ou prendre une photo.

« La beauté est culturelle, selon elle et tout être humain porte en lui le germe de la beauté. Et il est normal que cela change vu que chaque culture à ses critères de beauté ; d’où la diversité.

N’oublions pas que nous faisons partie du monde occidental qui sert régulièrement ses propres critères de beauté ne correspondant pas à tous forcément. C’est à nous de faire des efforts dans le but de créer notre identité artistique. La beauté s’adresse aux sens et aux émotions de chacun et c’est pour ces raisons qu’il ne peut pas y avoir qu’une seule référence.

L’un ne peut aller sans l’autre. On ne peut créer si on n’est pas passionné par ce qu’on fait. La créativité demande de la rigueur et du sérieux. L’ART a toujours besoin d’Amour ; c’est L’Amour qui nous nourrit. Le professionnalisme, seul ne peut suffire. »

Emmanuelle puise une partie de son inspiration dans la culture caribéenne qu’elle considère comme un « tout monde » car c’est un melting-pot.

« Tout ce que le monde nous montre nous impacte. »

Et elle a pour objectif d’avoir sa propre marque de vêtements au-devant de la scène de la mode avec les grands couturiers et d’attribuer une reconnaissance mondiale à son concept écologique de nouage qui deviendra un incontournable dans le domaine.

 

Blacky Gyan (Sénégal – Canada)

0
HahaHaha
0
LoveLove
0
WowWow
0
YayYay
0
SadSad
Voted Thanks!