Loading Posts...

Nous suivons Mister JD depuis quelque temps déjà et pouvons affirmer haut et fort qu’il est un slameur d’une autre trempe.

Johannes Drewling est un interprète, auteur, compositeur et surtout poète dans l’âme né au Sénégal d’un père allemand et d’une mère franco-libanaise ; c’est dire que le multiculturalisme est bien ancré chez lui. Ayant fait ses études en langues étrangères appliquées et en tourisme et ce, à trois endroits différents du globe : le Sénégal, l’Allemagne et la France, ce passionné de l’écriture et du sens des mots aime partager avec d’autres artistes. 

C’est, d’ailleurs, dans ce contexte que nous lui avons posé quelques questions suite à la sortie du clip Stop en featuring avec l’artiste autodidacte et engagé de la Casamance, Badou Boy Jantén B.

 

/Comment t’es venue l’idée de ce clip ? Il est assez, disons, mélancolique, triste … Est-ce un registre que tu voudrais explorer davantage ? 

C’est un hymne à la tolérance dans le monde. Il y a tellement d’intolérance sur terre qu’il faut, à un moment donné, savoir dire « STOP ».

« STOP » à toutes ces injustices !

« STOP » à ce racisme !

Même dans la difficulté, relevons la tête, soyons fiers et n’oublions pas de tendre la main à autrui si nécessaire.

Il faut savoir transmettre un message, partager ses pensées, mais toujours avec une règle d’or : utiliser la métaphore et rester « politiquement correct ».

J’aime beaucoup l’univers mélancolique et ce que j’aime par dessus tout, c’est utiliser un thème triste et réussir à faire sourire les gens, voir à travers le regard d’une personne écoutant mes chansons, une projection, un voyage, … C’est un registre que j’ai pas mal utilisé dans mon dernier album « L’Africain Blanc » et qui sera également fortement présent dans le prochain qui verra bientôt le jour. Et d’ailleurs, cette chanson en est issue.

/Ton wolof est parfait, dénoué d’accent ? Comment cela se fait-il ?

Je suis né au Sénégal, j’y ai fait quinze ans d’un bout à l’autre. Cette terre m’a vu naître et je suis fier d’être un ambassadeur de la culture Galsen, un africain blanc et plus précisément, un sénégalais blanc.

/On entend plusieurs langues dans le clip ? Lesquelles ? Pourquoi ? 

C’est une chanson qui véhicule un message d’espoir à travers le monde ; elle s’assure donc d’être universelle et chacun doit pouvoir s’y retrouver et se projeter dans un avenir meilleur. Nous y chantons en wolof, anglais, français, espagnol et mandingue.

/Pourquoi un feat avec Badou Boy Jantén B ? Qui est-il ?

La chanson est née d’une formidable rencontre et collaboration avec Badou Boy Jantén B, un reggae-man casamançais en pleine explosion. Cette rencontre a eu lieu lors d’un tremplin musical à Marseille. Nous avons accroché de suite et avons réussi à marier nos univers à merveille. Nous partageons beaucoup d’idées ; nous avons une vision des choses qui se rapproche. Ce duo s’est donc fait tout naturellement.

/Cinq mots pour le clip ?

Universel, mixité, partage, message, fusion.

 

Prenez le temps de visualiser ce clip et même si certaines paroles ne vous disent rien, la voix de ces deux artistes vous transportera !

 

0
HahaHaha
0
LoveLove
0
WowWow
0
YayYay
0
SadSad
Voted Thanks!