Scroll Top

L’humour, le deuxième sexe

woman-707366_1920-1

La série La fabuleuse Mme Maisel (disponible sur la plateforme de streaming Prime Vidéo) est une formidable ode au stand-up féminin, montrant l’histoire de Miriam, une femme dont la vie change radicalement, après qu’elle a décidé de se lancer dans une carrière d’humoriste. La série, en plus d’être excessivement drôle, montre combien l’humour en société est un puissant vecteur d’émancipation sociale. Comment comprendre l’émergence de plusieurs humoristes femmes sur la scène française du stand-up ? Qui sont ces funny girls et qu’ont-elles à nous dire de la société ?

« Le rire est le propre de l’homme »

Longtemps, l’humour a été essentiellement masculin. On peut reprendre ici le célèbre aphorisme de Rabelais, aux deux sens du terme : « Le rire est le propre de la condition humaine, mais le rire est aussi le propre du sexe masculin ». Faire rire n’est, en effet, pas donné à tout le monde et l’humour a longtemps été un monopole masculin. La plupart des troubadours modernes, qui nous font rire, sourire et réfléchir sont des hommes. Les sketchs de Bourvil ou Fernand Raynaud ouvrent le bal de l’humour français dans les années 50. Raymond Devos, Coluche ou Roland Magdane prennent ensuite le relais. Aujourd’hui, Gad Elmaleh sur scène, Kemar sur YouTube ou Kyan Khojandi sur scène et sur YouTube incarnent l’humour à la française. L’humour en France est un milieu qui se renouvelle constamment, et chaque décennie voit apparaître de nouveaux visages et des nouveaux styles, mais rarement des femmes. Ainsi représenté, l’inconscient collectif voit l’humour comme étant une valeur strictement masculine et enferme à l’inverse l’identité féminine dans un statut plus « sérieux », détaché du rire.

Les funny girls

Pourtant, depuis les années 80, la scène française de l’humour a vu apparaître des humoristes féminines : on les appelle les funny girls. Elles apportent un vent nouveau à la discipline de l’humour : le discours change, les codes du rire se réinventent, mais le public pouffe toujours autant. On pense à l’énergie loufoque de Florence Foresti, aux saynètes de Muriel Robin, à la drôle d’humeur de Marina Rollman, à la tchatche insolente de Nora Hamzawi ou bien au rire gêné de Blanche Gardin. Derrière le ton de leur humour, se cache de vraies convictions : en se mettant en scène, les funny girls donnent à voir une féminité puissante, indépendante, affirmée. Avec elles, le stand-up n’a jamais aussi bien porté son nom : stand-up for your rights, ladies !

One-woman-show

Grâce aux funny girls, ce sont les femmes avec toute leur féminité qui sont mises sur le devant de la scène, dans un joyeux mélange de subtilité, malice et grossièreté. Le virage humoristique que prend la comédie grâce aux funny girls en dit long sur la société. Le rire change donc la société change. Car le rire est aussi une histoire de pouvoir (pour reprendre le titre de l’ouvrage de Sabine Melchior Bonnet) et aujourd’hui le changement du rire montre que le pouvoir se répartit : dans l’humour, la parité est à peu près atteinte et les one-woman-show font jeu égal avec les one-man-show. De plus, en se montrant drôle, politiquement incorrecte et décomplexé, le stand-up féminin illustre les valeurs du combat féministe de notre époque qui cherche à libérer la femme de la tutelle masculine. Le stand-up féminin est bien l’expression d’une « variance » des normes sociales.

And the show must go on

Les funny girls réinventent donc l’humour à la française : un humour grinçant, radieux, vulgaire, engagé, qui en dit beaucoup sur la modernité féminine de notre époque. Loin de la bienséance patriarcale, cette gouaille insolente nous bouscule autant qu’elle nous rassure. Mais surtout, grâce aux funny girls, la société évolue. L’humour n’est plus qu’une prérogative masculine : on peut dire le monde comiquement avec un point de vue féminin.

Ce nouvel humour au féminin déborde parfois de la scène et s’exprime aussi en ligne (à voir : Les caractères de Lison Daniel, @les.caracteres@les.caracteres sur Instagram).

Bibliographie

  • La fabuleuse Mme Maisel, Amy Sherman-Palladino, 2017
  • Le rire des femmes, Sabine Melchior Bonnet, 2021
  • Funny Girls : l’humour français au féminin, Sébastien Thème
  • Rire et transgression, les chemins de la philosophie, Adèle Van Reth, 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

À propos de l'auteur

Publications similaires

Laisser un commentaire