Scroll Top

L’histoire de Maky Madiba Sylla et du plus grand salsero africain Laba Sosseh

Capture_d’écran_2023-04-27_à_21.17.45

Maky Madiba Sylla est un réalisateur d’origine sénégalaise qui a réalisé le documentaire El Maestro Laba Sosseh sorti en 2021. Ce réalisateur est engagé envers de nombreuses causes qu’il tente de mettre en lumière dans ses films. El Maestro Laba Sosseh retrace la vie du musicien connu à l’international : Laba Sosseh. Le réalisateur a trouvé important de lui consacrer un documentaire, afin de garder en mémoire son travail, et présenter au monde le côté joyeux et festif de l’Afrique.

 

MAKY MADIBA SYLLA

Né au Sénégal, en Afrique, le 19 septembre 1976, il a suivi des études classiques jusqu’au baccalauréat. Toutefois ce qui l’intéressait, ce n’était pas les grandes études, mais bel et bien la musique et le cinéma.

« J’ai toujours été fasciné par la musique depuis tout petit. Bien avant la musique, j’étais passionné par l’écran, parce que j’étais à 5 min d’une salle de cinéma et j’étais tous les jours là-bas ». – Maky Madiba Sylla

Passionné depuis toujours par le domaine artistique, Maky Madiba Sylla commence sa carrière en tant que musicien. Il travaille et collabore avec de grands artistes et groupes de reggae, comme Alpha Blondy. Au fur et à mesure, sa carrière s’étend et il devient un artiste connu au niveau international. Aujourd’hui, cela fait 25 ans qu’il vit et travaille à l’étranger. Il a vécu dans de nombreux pays européens tels que la France, l’Angleterre, l’Allemagne et la Suisse. En Angleterre, il a décidé de reprendre ses études de cinéma. Ses inspirations viennent principalement de ses voyages et de ses découvertes dans le monde.

« J’ai envie de partager avec le monde, et aussi une forme de frustration que je peux ressentir quand je voyage, quand je vais vivre dans les autres pays. Eux, ils font des films sur des grandes figures, sur des musiciens, sur des artistes, sur leur histoire, et moi je voyais qu’au Sénégal, en Afrique, tous nos films étaient presque toujours autour des mêmes thèmes. C’est-à-dire la guerre, la famine, l’immigration. C’est comme si on était réduit uniquement à ce genre de sujet qui véhicule beaucoup de clichés ». – Maky Madiba Sylla

Après avoir lu un article sur Laba Sosseh, il s’est dit que cet artiste était internationalement connu pour ses musiques, mais que personne ne connaissait réellement son histoire, car après sa mort, il a sombré dans l’oubli. Maky Madiba Sylla a alors souhaité lui rendre hommage en réalisant un film à son sujet. Il avait également besoin de montrer le positif qui peut ressortir des pays d’Afrique.

« Les gens sont habitués à ne voir que notre malheur, mais, moi, je voulais qu’ils voient aussi notre bonheur, qu’ils voient notre musique, qu’ils entendent notre musique, qu’ils voient qu’on a eu des artistes qui ont excellé dans leur art, qui ont tourné, qui nous ont donné beaucoup de satisfaction ». – Maky Madiba Sylla

Maky Madiba Sylla est un artiste engagé envers la culture africaine, mais également envers de nombreuses causes telles que le droit des femmes.

« Je ne sais même pas pourquoi on parle d’égalité. En fait, pour moi c’est naturel ! Il fut un temps, chez nous, où on avait une culture matriarcale. C’est vraiment la femme qui tenait la société, mais ensuite la colonisation est arrivée, l’église, l’islam… Les règles ont été érigées et ce sont les femmes qui en payent le prix fort. En temps de guerre, ce sont malheureusement les cibles les plus faciles auxquelles on s’attaque. Et, chez nous, on a ce qu’on appelle le « code de la famille », ce qui empêche la femme de réellement s’épanouir. C’est-à-dire qu’une femme n’a pas réellement le droit de déclarer son enfant, c’est-à-dire que moi j’ai un garçon, et c’est quand mon fils est né que j’ai découvert tout ça. Si mon fils et sa mère ont besoin de voyager et que je ne suis pas là-bas, ils ont besoin de mon autorisation pour voyager, ce sont des lois complètement obsolètes. […] Surtout que les femmes, elles sont fortes, mais je pense que peut-être c’est leur force qui nous fait peur à nous, les hommes, donc on essaye de les oppresser, pour qu’elles ne puissent pas réellement s’exprimer, et c’est un véritable problème ». – Maky Madiba Sylla

EL MAESTRO LABA SOSSEH

Laba Sosseh était un grand artiste de musique afro-cubaine des années 1960.

« Je voulais partager son histoire. Quand j’ai découvert son histoire dans un article, je me suis dit, mais pourquoi on ne parle pas de tout ce qu’a fait ce monsieur ? Pourquoi je suis aussi ignorant d’un homme aussi grand, d’un artiste aussi talentueux ? » – Maky Madiba Sylla

Par peur que cet artiste tombe dans l’oubli, il a alors décidé de réaliser un film sur lui. Cependant, il ne s’attendait pas à ce que ce documentaire lui prenne autant de temps à être réalisé. Dix ans lui ont été nécessaires. Tout a été difficile, car pour faire un documentaire rassemblant le plus d’informations possibles sur Laba Sosseh, il a dû effectuer de nombreuses recherches dans des archives, écouter des témoignages, etc. Il a également dû écrire un synopsis et des notes d’intention afin d’expliquer pourquoi il voulait faire ce film et quel en serait le contenu. Les producteurs n’étant pas réceptifs à son idée, il a alors pris l’initiative de créer sa propre boîte de production au Sénégal : Linkering Productions, et s’est donc auto-produit.

« C’était long, c’était éprouvant, mais c’était nécessaire » – Maky Madiba Sylla

En 2009, lors d’un enregistrement pour l’une de ses musiques, Maky Madiba Sylla rencontre Lionel Bourqui. Devenus très rapidement amis, ils se sont associés afin de réaliser le documentaire « El Maestro Laba Sosseh ». Ex-journaliste et cameraman à la télévision suisse, Lionel Bourqui avait l’avantage de connaître le monde de l’audiovisuel.

Alors que tout le monde leur disait qu’il serait impossible de retrouver la vidéo montrant Laba Sosseh à ses débuts de carrière, ils se sont mis en quête de la dénicher. Il leur a finalement fallu cinq ans et une détermination à toute épreuve pour se la procurer.

La toute première vidéo de Laba Sosseh lors de sa première télévision en 1969 se trouvait en Côte d’Ivoire.

Pour Maky Madiba Sylla, il était important de réaliser un documentaire sur cet artiste pour ne pas oublier un homme si talentueux, mais aussi pour parler et mettre en lumière cette génération d’artistes. Ce documentaire représente la mémoire, le patrimoine et l’histoire de l’Afrique.

« Un film, c’est plus qu’un film, c’est une mémoire, c’est un passé qu’on restitue après avoir fait des recherches dans des archives, à travers des témoignages » – Maky Madiba Sylla

Un film est un moment de partage et permet de se rappeler des souvenirs, bons ou mauvais. Par exemple, il a montré ce documentaire à ses parents et il explique avoir vu son père danser pour la première fois de sa vie et sa mère a chanté toutes les musiques du film. Il leur a rendu en quelque sorte leur jeunesse puisque cet artiste était de leur époque. Il voulait qu’« El Maestro Laba Sosseh » inspire les autres et qu’il y ait une interconnexion entre les générations.

Maky Madiba Sylla a tenté par le biais de son documentaire de garder dans les mémoires la fabuleuse histoire de Laba Sosseh, ce musicien africain si talentueux.

« Je veux juste que chez moi, on prenne l’habitude de conserver l’immatériel en utilisant l’image, en utilisant le cinéma documentaire. Pour moi, la mémoire est essentielle pour mon peuple. On ne peut pas juste vivre comme si avant nous, il n’y avait pas d’autres personnes qui avaient vécu» – Maky Madiba Sylla

REMERCIEMENT

« Je voulais remercier Angélique Berthe Diène. C’est grâce à son initiative et à son aide avec R Magazine que ce film est projeté à Montréal. Gros big up à Angélique, son acte m’a beaucoup touché, ça fait du bien de voir que des gens aussi font tout pour que notre culture, nos histoires en Afrique soient visibles aussi au Canada, et ça c’est grâce à Angélique. Je remercie R Magazine aussi ». – Maky Madiba Sylla

R Magazine remercie Maky Madiba Sylla qui s’est rendu disponible pour participer à une interview, ce qui a permis de donner jour à cet article.

Interview de Maky Madiba Sylla réalisée par Julie Vigour

À propos de l'auteur

Publications similaires

Laisser un commentaire