Drakaina Kréations : dans les coulisses d’une entreprise spirituelle féminine

Jolene_Boily_Beliveau_Instagram_03

Le monde de Drakaina Kréations est celui qui honore le corps féminin, dans toutes ses formes, par la création des bijoux corporels, mythologiques et naturels. R Magazine vous invite à entrer dans ce monde et découvrir la créatrice derrière cette entreprise.

 

L’arrivée de la pandémie a signalé un ralentissement d’activité pour beaucoup, et pour Jolène Boily Béliveau, une danseuse qui avait aussi guéri d’un pied cassé, une occasion de se lancer dans la création d’une nouvelle activité artistique. Jolène a commencé à créer des bijoux corporels en 2019 et aujourd’hui, elle est la fondatrice d’une boutique de bijoux fantaisie nommée Drakaina Kréations. La drakaina est un dragon féminin sacré avec des caractéristiques humaines. Jolène a choisi ce nom pour évoquer l’esprit d’une femme «libérée, originale, puissante, guerrière dans l’âme, une femme sensuelle et fière, qui n’a pas peur des défis ».

Inspiré par la forme féminine et la connexion primordiale entre l’esprit et la nature, cette boutique met en avant l’apparence positive du corps de la femme, tout en saisissant la sensualité du corps quelle que soit leur morphologie et l’approche du mouvement anglophone Body Positive. Elle propose des produits originaux et organiques, tels que des boucles d’oreilles reliées en cuir, un collier décoré avec une mâchoire de renard, des ceintures décoratives et des coiffes dignes d’un.e guerrier.ère viking. Jolène préfère travailler avec des matières organiques, notamment avec de l’os, des plumes, du bois et des matières recyclables. Toute création de cette artiste est réalisée dans le but d’inspirer la confiance et l’énergie féminine de ses client.e.s.

« Les produits confectionnés avec soin et originalité ne sont pas seulement des bijoux qui agrémentent les courbes du corps, ils inspirent sensualité, force et confiance en soi à celui qui l’honore et ce, peu importe sa morphologie ou son genre. Le port d’un bijou devient ainsi un symbole sacré. Son offre de confection sur mesure prend alors tout son sens puisque cette création unique devient emblématique aux yeux du client. »

Jolène a commencé la fabrication des accessoires et des costumes pour accompagner ses spectacles de danse, et pour elle, sa boutique est une continuité de sa façon de s’exprimer à travers ses œuvres. Quant à ses préférences artistiques, la créatrice nous raconte qu’elle prend beaucoup de plaisir à confectionner des ceintures décoratives (« c’est tellement beau avec une belle robe ou même un jeans ») et les adapter pour ses clients. Pourtant, s’il y a une création à laquelle Jolène tient plus que tout, c’est son premier projet de costume, une coiffe surnommé Dragonia.

« C’est une pièce imposante qui dégage beaucoup de prestance. On m’a souvent demandé si elle était à vendre, mais j’y suis trop attachée pour m’en départir. Au moment de sa création, je ne savais pas que ça allait être le début d’une grande aventure. »

L’aventure continue à ouvrir de nouveaux chemins pour cette auto-entrepreneure. En plus du futur lancement de son propre site web et l’intention de distribuer ses bijoux corporels dans des boutiques de lingerie québécoise, Jolène prévoit de faire évoluer ses connaissances dans son domaine.

« Je suis encore en mode exploration et à centraliser mes énergies et mieux perfectionner mes produits. C’est certain que le domaine de la joaillerie serait la prochaine étape logique à mon parcours… [La joaillerie] est réalisée avec différents procédés techniques et cela demande un apprentissage pointilleux. »

Interrogée sur les conseils donnés aux personnes se lançant dans la création d’une marque, elle nous a répondu qu’il ne faut pas craindre d’expérimenter et de se mettre en valeur :

« Il faut essayer d’innover et trouver sa propre couleur pour se différencier des autres. La créativité et l’inspiration, c’est la base pour développer de bons produits. Il ne faut pas craindre d’explorer les différentes matières et techniques, même si ça demande du temps et de l’adaptation.  Il faut se montrer sur les réseaux sociaux, en ce sens je veux dire qu’il est important de se connecter avec sa communauté, les gens s’intéressent avant tout au créateur, ça permet de susciter une émotion et ça, c’est primordial. »

Si vous souhaitez vous tenir au courant des activités de cette artiste fabuleuse, vous pouvez la trouver sur Instagram, Facebook et Etsy, où elle partage ses œuvres et le calendrier de ses prochains marchés.

Publications similaires

Laisser un commentaire

%d bloggers like this: