Scroll Top

À travers le miroir : pratiques de l’autoportrait par les femmes photographes du XIXème au XXIème siècle

Zanele_Muholi

Nombreuses sont les femmes photographes qui se sont servies du miroir pour capturer leur portrait. Retour sur cette pratique de la photographie du XIXème au XXIème siècle.

 

Avant l’apparition de la photographie, le miroir était déjà un outil essentiel pour les peintres qui souhaitaient réaliser leur autoportrait. La relation entre le désir de se représenter soi-même et le miroir va donc au-delà d’un aspect pratique. Le miroir est également un objet symbolique et son utilité prend un tout autre sens à travers les autoportraits photographiques. Le jeu qui s’opère entre le miroir et la pratique de l’autoportrait est double : c’est un fragment d’image dans l’image et un cadre qui permet au photographe-modèle de se regarder lui-même. L’autoportrait à travers le miroir est une façon particulière d’aborder l’identité personnelle et sa forme projetée puis capturée. Ce n’est évidemment pas une pratique exclusivement féminine, mais elle est largement répandue chez de nombreuses femmes photographes, quelles que soient l’époque et la nature de leurs travaux. Certaines se sont photographiées de manière occasionnelle, d’autres ont consacré une grande part de leur œuvre à cette représentation du soi et à la construction d’une image singulière de leur reflet. Quels motifs ont encouragé ces femmes à capturer leur reflet ? Ce regard sur elles-mêmes révèle-t-il une dimension particulière de leur condition de femme ?

Le miroir : reflet d’un monde intérieur

Considérée d’abord comme un art mineur la pratique de la photographie a été délibérément laissée aux femmes qui, tapies dans l’ombre de leur mariage, ont laissé place à leur créativité. Souvent uniquement cantonnées à l’univers domestique, ces femmes ont su capturer des instants de leur vie quotidienne à travers le genre photographique dominant de l’époque : le portrait. En observant les travaux de Clementina Hawarden, photographe portraitiste britannique à l’époque victorienne, l’on peut voir que le miroir est un instrument qui suscite déjà un certain intérêt. Il ne s’agit pas d’autoportrait :  Clementina Hawarden photographie des jeunes filles devant un miroir, pour explorer leur image et jouer avec leur reflet. Le miroir donne, ici, un effet de style et s’invite comme un élément de décor de la scène capturée. Il reflète également une vision sur le monde féminin de l’époque et les photographies nous documentent sur la vie de ces femmes, dont la majeure partie de l’existence restait invisible.

Portraits réalisés par Clementina Hawarden, 1863

 

Recherche et affirmation du soi

En cherchant leur reflet et en le capturant, certaines femmes photographes se découvrent elles-mêmes et montrent, à travers leur image, une affirmation de leur personne et de leur travail. Elles sont nombreuses à avoir photographié leur reflet de manière plus ou moins spontanée et semblent chercher qui elles sont, tout en prenant du plaisir à faire des photographies.

Ilse Bing, Autoportrait, 1930

 

Cet autoportrait de la photographe Ilse Bing, la montre sous deux reflets différents. Elle semble vouloir capturer son visage tout en s’amusant avec la possibilité technique qu’offre le miroir. Dans un autre style, Diane Arbus a également réalisé son autoportrait à l’aide d’un miroir, mais cette fois son regard s’échappe et ne croise pas son reflet. En posant ainsi, la photographe laisse penser qu’elle ne veut pas se voir directement, mais qu’elle souhaite évaluer son reflet à travers la photographie.

Diane Arbus, titre inconnu, sans date

 

Une photographe ayant réalisé un nombre absolument incalculable d’autoportraits à travers le reflet d’un miroir ou d’une vitre est longtemps restée anonyme : il s’agit de Vivian Maier. Cette nourrice et photographe amatrice, spécialisée dans la photographie de rue a pris un cliché d’elle et a capturé son reflet dans le paysage urbain de nombreuses fois. Ce procédé représentait, sans doute, pour elle une façon de s’inscrire dans le monde et de s’affirmer autrement que dans sa profession de nourrice.

Autoportrait Vivian Maier, sans titre, date inconnue

 

Ces trois autoportraits illustrent la recherche d’affirmation de trois artistes très différentes, mais qui ont toutes été traversées par l’envie d’immortaliser leur image. Ces portraits ne font pas preuve d’une construction d’identité particulière et les photographes-modèles apparaissent telles qu’elles sont. Certaines autres photographes ont, à travers leur autoportrait, travaillé leur reflet et l’image qu’elles souhaitaient donner d’elles-mêmes, si bien que l’effet rendu est entièrement différent.

 

Autoportrait : reflet d’un autre genre

Certains travaux et autoportraits féminins ont permis de mettre en lumière plusieurs interrogations sur l’identité féminine. « Qui suis-je ? », voilà la question que reflète le miroir à travers lequel ces femmes ont capturé leur visage. Une question, qui, une fois soulevée, leur permet de prendre conscience des possibilités multiples de leur genre. La photographe la plus célèbre ayant travaillé sur ces questions est Claude Cahun, artiste proche du Surréalisme et qui a réalisé de nombreux autoportraits. La question du genre et de l’identité qui l’accompagne est un sujet qui traverse l’ensemble de son œuvre. Elle s’amuse avec des codes androgynes et tente d’effacer sa dimension féminine pour faire apparaître son soi, qui elle est, indifféremment de ce que reflète son genre.

Claude Cahun et Marcel Moore, sans titre, 1928 (Frye Art Museum, Seattle WA)

 

La question du genre et de l’identité sexuelle est toujours contemporaine. Pour finir d’illustrer cette lecture de la construction du soi à travers l’autoportrait, abordons le travail de la photographe Zanele Muholi, qui est intéressant. Cette jeune femme milite en faveur de l’égalité des genres en Afrique du Sud et des droits des personnes homosexuelles. Cet autoportrait à travers le miroir laisse place à une scène très stylisée au sein de laquelle la photographe-modèle semble interroger son reflet.

Zanele Muholi, Bona, 2015

 

Les raisons qui poussent les femmes à se photographier à travers un miroir sont multiples… Cette pratique a largement traversé les époques, les mouvements artistiques et les milieux dont étaient issues les différentes artistes présentées. L’image de soi est une construction sans fin et, à travers leurs travaux, ces photographes illustrent la complexité de l’image féminine et la difficulté qu’elles-mêmes éprouvent d’appréhender la condition des femmes.

À propos de l'auteur

Publications similaires

Laisser un commentaire