Scroll Top

À la découverte de Govrache, citoyen engagé, slameur indigné

82231726_2980075002011681_5969190331604795392_n

Il y a quelques jours, j’ai eu la chance de discuter avec le slameur Govrache au cours d’un bref entretien. « Citoyen engagé et slameur indigné », l’artiste offre à ses auditeurs des textes chargés de poésie et d’élégance. Il traduit en effet l’expression de son engagement à travers le slam, cette forme d’écriture et de lecture poétique. C’est à la suite d’une rencontre avec l’artiste Gaël Faye que Govrache, jusqu’alors musicien de jazz manouche, commence petit à petit à s’établir dans le slam.

Dans ses textes, le slameur évoque des thèmes divers. De l’amour aux violences policières en passant par la laïcité ou la pauvreté, entre autres. Il explique que ses inspirations s’imposent d’elles-mêmes : « Pour écrire je m’inspire de ce qui me plaît, ce qui me choque, tout ce qui fait impression sur moi (…) J’ai des yeux et des oreilles, c’est donc le réel qui s’impose à moi ». Dans son titre L’Homme trottoir, Govrache évoque notamment une sorte de normalisation générale, un délitement de notre capacité d’indignation vis-à-vis des conditions de vie des personnes sans-abris : « Ça nous choque mais on admet d’être choqué, ça fait que ça continue… Le titre n’est pas écrit dans un but moralisateur. L’idée n’est pas de culpabiliser les gens comme vous et moi car ça ne devrait pas être à nous de nous en occuper, même si on est obligé d’essayer de compenser les manquements de ceux qui le devraient. Il s’agit plutôt de donner des images fortes pour ne pas oublier que non, ce n’est pas normal. ».

À ce jour, deux albums sont disponibles. « Des murmures » et « Des cris » étaient initialement pensés comme un double album-concept prévu pour mars 2020. « L’idée c’était de se dire que certains jours on se réveille de bonne humeur et d’autres fois on a le malheur d’allumer la radio ou de lire un journal. Donc certains jours on a envie de murmurer et d’autres fois, de crier.». En raison du contexte sanitaire, ils sont finalement sortis séparément. Si ce n’est pas déjà fait, nous vous invitons vivement à découvrir cet univers singulier en vous procurant les premiers albums sur son site.

Image2.jpg
Couvertures des albums « Des Murmures » et « Des Cris », Govrache (2019)

Image1.jpg

Pour l’ensemble de son album, l’artiste a, d’ailleurs, remporté le Grand Prix Charles Cros, récompense malheureusement assez peu connue du grand public mais non moins prestigieuse, puisque décernée par un collectif de professionnels de la musique et du disque.

Image3.jpg
Remise du Grand Prix Charles Cros par Alain Souchon Crédit : Instagram / Govrache

 

Govrache participe également à des ateliers slam avec des scolaires ou en prison. Ces interventions se présentent sous forme d’initiations à la pratique du slam. « L’idée, c’est que tout le monde peut écrire. Il y a juste deux ou trois techniques à connaître ». Elles permettent, entre autres, de sensibiliser les publics à la poésie et au slam, d’initier les participants à des moyens d’expression différents.

Vous l’aurez compris : Govrache, c’est l’artiste à ne pas manquer ! En attendant la sortie de son nouvel album actuellement en préparation, je vous conseille vivement d’aller découvrir l’univers poétique de ce slameur à la plume tantôt attendrie, tantôt indignée, mais toujours très juste.

Pour écouter ou réécouter ses titres, c’est par ici !

                                                                                            

Crédit Photo © Sylvain Gripoix

À propos de l'auteur

Publications similaires

Laisser un commentaire