De la gentillesse accrochée au mur

PAKISTAN___@Izhar_Ullah

Albert Einstein disait : « La valeur d’un homme tient dans sa capacité à donner et non dans sa capacité à recevoir. »

Le « wall of kindness » ou « mur de la gentillesse » est un dispositif solidaire qui illustre parfaitement cette citation. Il est né en Iran en 2015 et s’est propagé à travers le monde. Le concept est simple et écologique ! Ces murs sont des espaces où il est possible de se procurer, ou au contraire de laisser en don, vêtements ou autre objet nécessaire aux plus démunis.

 

Crédit couverture : PAKISTAN / @Izhar Ullah

 

À la fin de l’année 2015, en Iran, une initiative spontanée et solidaire est née à Mashhad, la deuxième plus grande ville du pays. Dans cette ville du nord-est, on a vu apparaitre des crochets et des cintres fixés sur un « mur de la gentillesse ». Les initiateurs avaient graffé : « Si vous n’en avez pas besoin, laissez-le. Si vous en avez besoin, prenez-le » comme pour expliquer la démarche. Le but est de suspendre des vêtements, chaussures et objets inutilisés afin de limiter son impact environnemental et de les laisser à disposition des personnes dans le besoin qui passeraient dans le quartier.

Alors que le froid est rude à cette période de l’année et la situation économique difficile, le nombre de citoyens vivant dans une pauvreté extrême accroit. Selon , 15000 personnes survivaient dans les rues de la capitale en 2015.

À mesure que le froid s’intensifiait, le nombre de murs de bonté augmentait. La BBC a dévoilé que cette idée est devenue virale sur les réseaux sociaux et s’est développée dans d’autres villes iraniennes et dans d’autres pays.

Depuis 2018, l’Inde a suivi ce mouvement avec la mise en place de zones de dons dans plusieurs villes. On voit par exemple des porte-manteaux sur un mur de l’enceinte d’un hôtel délabré dans le quartier d’Abi Guzar à Srinagar. Cette initiative a été lancée par une trentaine de jeunes personnes bénévoles de Who is Hussain, une organisation mondiale travaillant en faveur de l’humanité.

La Hyderabad Municipal Corporation et l’Indian Youth Forum sont également intervenus afin de créer des « murs de la gentillesse » respectivement à Hyderabad, au sud de l’Inde, et à Noida, proche de New Delhi. Vous l’aurez compris, en réponse au succès de ces interventions, plus d’une centaine de murs ont été décorés dans le pays.

En 2019, le gouvernement pakistanais s’inspire de ses voisins et autorise des « murs de la gentillesse » dans plusieurs villes telles qu’Islamabad, Gujranwala, Peshawar, Lahore, Quetta et Sahiwal. À Islamabad, ce sont les étudiants de l’Université Islamique internationale qui se sont lancés dans ce projet alors qu’à Gujranwala ce sont de jeunes locaux.

Bottes et vêtements chauds sont suspendus pour aider les plus défavorisés à traverser les hivers rigoureux. À tout moment du jour ou de la nuit les nécessiteux pourront récupérer ce dont ils ont besoin parmi les articles disposés.

Plus récemment, en décembre 2020, le cœur de la ville de Stockholm en Suède a vu à son tour ses murs s’habiller de crochets et de manteaux. Dans ce présent cas, il s’agit de l’initiative de l’agence immobilière Widerlöv Sthim.

Le concept est le même que dans les pays prédécesseurs : chaque jour, des passants viennent déposer des vêtements qu’ils ne portent plus et qui serviraient à des personnes dans le besoin. Dans cette ville où les hivers sont rudes, être bien équipé est vital. Chaque jour, Ida Eriksen, directrice de l’agence, remarque que des vêtements disparaissent et d’autres y sont déposés. Satisfaite de cette expérience, elle s’exprimait dans les colonnes du journal français Le Parisien. Elle explique que mettre en place ce projet a été très rapide, cela a pris seulement deux semaines. Elle promet de renouveler le mur de la gentillesse chaque hiver et songe même à y installer un miroir.

Ces « murs de la gentillesse » et de la solidarité permettent de faire une bonne action tout en se débarrassant des vêtements qui encombrent nos logements. Ils encouragent les personnes à donner ce dont elles ne se servent plus et qui pourrait changer la vie de leur prochain. L’intérêt écologique est tout aussi intéressant puisque donner ces vêtements leur offre une seconde vie. Ces murs fleurissent dans certains pays du globe et nous souhaitons, évidemment, que cette vague de solidarité et d’entraide se poursuive longtemps.

Publications similaires

Laisser un commentaire

%d bloggers like this: