Le féminisme a-t-il tué le féminisme ?

Le féminisme a-t-il pris tellement d’ampleur qu’aujourd’hui, il ne sert plus sa cause ? Le féminisme occidental a-t-il sa place dans toutes les sociétés ? Le féminisme sert-il réellement toutes les femmes ? Le féminisme moderne est-il devenu un mouvement radicalisé ou constitue-t-il encore une lutte contre les inégalités à poursuivre ?

En tant que femme occidentale, j’ai, à plusieurs reprises, notamment dans ma carrière, était victime de discrimination liée à mon sexe. J’ai plusieurs fois été agressée physiquement et verbalement par des hommes. On a remis en question mes décisions pour le simple fait que j’étais une fille, une femme.

Suis-je pour autant féministe ? Non.

Pourquoi ?

Tout simplement parce que je ne me reconnais pas dans ce mouvement actuel ni dans ses luttes. Le féminisme moderne du 21e siècle ne sert pas, à mon sens, le bien des femmes, en tout cas pas celui de toutes les femmes du monde.

lindsey-lamont-hUWINRMPvsc-unsplash.jpg
Unsplash / Lindsey Lamont

 

Loin de moi l’idée de revenir sur les luttes féministes de 1850 à 1954 qui ont apporté aux femmes des droits fondamentaux, comme le droit de vote, le droit à l’éducation et au travail, l’accès aux droits civils, la maîtrise de la procréation. Des femmes se sont battues pour les générations futures et sans elles, je ne serais très certainement pas en train d’écrire ce texte, ni même aurais la chance qu’il soit publié. Leurs luttes, leurs actions et leurs combats ont changé le monde et donné aux femmes une place dans la société.

Le féminisme que je rejette est le féminisme, parfois, extrémiste que l’on rencontre aujourd’hui, qui, au lieu de servir les intérêts de la femme, lui mette une telle pression sur les épaules que son épanouissement en devient secondaire.

kinga-cichewicz-s4aOPAJ4v0E-unsplash.jpg
Unsplash / Kinga Cichewicz

 

Toutes les femmes ne veulent pas être carriéristes, gagner des millions et diriger une multinationale ou un parti politique. Toutes les femmes pourraient et devraient pouvoir accéder au statut qu’elles souhaitent, mais cela ne doit pas devenir une ligne de conduite à tenir sous prétexte que l’on doit être l’égale de l’homme. Une femme a le droit de vouloir être mère au foyer et se concentrer sur l’éducation de ses enfants, du moment que c’est un choix assumé qui ne lui est pas dicté par la société.

Or, on constate, de nos jours, que de plus en plus de mouvements féministes rejettent cette version de la femme car trop archaïque, trop ancrée dans un autre temps. En tant que femmes de ce monde, nous devons nous soutenir dans nos choix quels qu’ils soient et accepter que nous ne voulons pas toutes la même chose. Si le féminisme a permis de grandes avancées pour les femmes, aujourd’hui, il semblerait qu’il enferme cette même femme qu’il a voulu libérer dans un autre moule, celle de la femme carriériste.

mariana-jm-UvdzLNj1Vmk-unsplash.jpg
Unsplash / Mariana Jm

Femmes et Hommes sont différent.e.s et c’est bien cela qui rend nos existences plus riches. Notre erreur, c’est de s’échiner à faire disparaître ce qui nous différencie. Comprenez-moi bien, je suis à 110 % pour l’égalité entre les deux sexes. Toutefois, nous sommes différent.e.s !

On en est arrivé à un point où le féminisme dérange. Discréditer les propos féministes est devenu monnaie courante et peut, paradoxalement, créer un sexisme plus important.

Un autre point important du féminisme et de ses dérives : le féminisme universel selon lequel toutes les femmes du monde dépendamment de leurs origines, cultures et religions doivent adopter la même ligne de conduite.

Oui, il est nécessaire de mutualiser les combats de toutes les femmes pour mieux les mener. Peu importe les discriminations que subissent les femmes concernées, les combattre sous un même angle aide à les réduire progressivement. Cependant, nous ne pouvons pas exporter nos modes de pensées occidentales à tous les pays du monde ; ce serait ignorer des différences culturelles et apposer la suprématie des pays dits « riches » à l’ensemble du monde.

Chaque femme doit se battre à son échelle, plutôt que de se battre pour un féminisme universel qui n’envelopperait pas toutes leurs préoccupations ou ne se focaliserait que sur certains aspects des problèmes auxquels les femmes sont confrontées dans leurs cultures.

J’aimerais vous parler d’un exemple qui montre que le féminisme extrême ne fonctionne pas : celui des mères porteuses qui viennent en aide aux femmes occidentales afin de les soulager de leur propre grossesse car, carrière oblige, elles n’ont pas le temps de concevoir leurs propres enfants. Cette pratique est très répandue aux États-Unis d’Amérique où beaucoup de femmes immigrantes venant de pays plus pauvres vendent ce « service » de mères porteuses à des femmes occupées et arrivent ainsi à nourrir leur propre famille. La femme occidentale et carriériste emprisonne une autre femme pour sa propre liberté. C’est un cercle vicieux et cela empêche les femmes de pays en développement de s’émanciper car devant s’occuper de la grossesse et des enfants d’une autre au détriment de leurs siens qui n’ont pas l’opportunité d’un autre avenir.

hanson-lu-RIImWnZkoog-unsplash.jpg
Unsplash / Hanson Lu

 

Comprenez-moi bien, je suis pour l’émancipation de la femme. Je suis pour qu’elle puisse faire ses choix, qu’elle partage des tâches, qu’elle vive sa vie comme elle l’entend et non par rapport à ce que la société veut ou à ce que les hommes attendent. Mais … pas aux dépens d’autres femmes dans le monde !

On pourrait parler pendant longtemps des dérives du féminisme moderne. Ce qui est certain est que les changements ne doivent pas s’effectuer uniquement à travers les femmes mais également avec la participation des hommes. Si ces derniers font partie du problème, ils font aussi partie de la solution.

Accepter le féminisme, comprendre le ou les féminismes et agir pour que les agressions, les harcèlements, les violences et bien d’autres maux envers les femmes cessent, c’est un combat de tous les jours et c’est là-dessus que nous devons mettre nos efforts. Mais, en aucun cas le féminisme ne doit devenir la dictature des femmes du monde en imposant un modèle unique incohérent.

Laisser un commentaire